La dictature du numérique

Partager sur telegram
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur vk
Partager sur email

« Big Brother is watching you . » - B.B., chef du Parti de l'État d'Océania, dans “1984”

La vidéosurveillance est en pleine croissance en France, sous couvert de lutte contre le terrorisme et la délinquance. Son déploiement s’est accentué dans de nombreuses villes, en particulier depuis la création par Nicolas Sarkozy en 2008 du “plan vidéoprotection”, une terminologie plus rassurante que le mot “vidéosurveillance”. En 2019, plus de 6.000 communes sont désormais équipées de caméras de surveillance, soit 15 fois plus qu’en 2006, pour un total de 60.000 caméras sur l’ensemble du territoire1.
Surveillance1

La surveillance de masse , déjà très présente depuis l’avènement de l’ère du numérique, a été renforcée par la crise sanitaire qui a permis d’accélérer et de légitimer des dérives sécuritaires telles que la collecte de données médicales, la surveillance par drones, la géolocalisation, l’analyse comportementale…

« Le motif sanitaire permet de faire passer des mesures absolument dangereuses, qui ne passeraient pas pour un motif sécuritaire. Elle a contribué à davantage normaliser cette société de surveillance2. » Martin Drago, juriste à la Quadrature du Net.

La surveillance biométrique utilise les caméras et l’intelligence artificielle pour analyser automatiquement les caractéristiques physiques ou comportementales des personnes présentes dans les lieux publics3. La technologie est la meilleure alliée des dictatures.

La reconnaissance faciale permet aujourd’hui d’identifier en temps réel n’importe quel individu, même si son visage est dissimulé par un masque4. L’entreprise américaine Clearview AI a par exemple développé une application mobile qui se connecte à une base de données de 3 milliards de visages aspirés sur Facebook, Linkedin et des dizaines d’autres plateformes web5.

Les caméras intelligentes sont capables de traiter de l’information et permettent par exemple de détecter que les gens respectent la distanciation sociale et le port du masque6.

Les caméras thermiques permettent en détectant la température de dépister les personnes atteintes de fièvre et potentiellement atteintes du virus. Ce dispositif est testé dans certains lycées, où les élèves lobotomisés par la propagande médiatique se soumettent avec zèle à cette surveillance constante, considérant “qu’on devrait tous y passer de façon régulière”7.

Surveillance2 - www.lachainehumaine.com
Surveillance3 - www.lachainehumaine.com

La CNIL a appelé à la vigilance face au déploiement de ces dispositifs, qui selon elle “ne respectent pas le cadre légal applicable à la protection des données personnelles”8.

« L’espace public est un lieu où s’exercent de nombreuses libertés individuelles : droit à la vie privée et à la protection des données personnelles, liberté d’aller et venir, d’expression et de réunion, droit de manifester, liberté de conscience et d’exercice des cultes, etc. La préservation de l’anonymat dans l’espace public est une dimension essentielle pour l’exercice de ces libertés ; la captation de l’image des personnes dans ces espaces est incontestablement porteuse de risques pour les droits et libertés fondamentaux de celles-ci. Si les objectifs assignés à ces nouveaux dispositifs sont le plus souvent légitimes, la CNIL constate que leur déploiement impliquerait une collecte et une analyse systématiques de données d’individus circulant dans l’espace public ou dans des lieux ouverts au public. Leur développement incontrôlé présente le risque de généraliser un sentiment de surveillance chez les citoyens, de créer un phénomène d’accoutumance et de banalisation de technologies intrusives, et d’engendrer une surveillance accrue, susceptible de porter atteinte au bon fonctionnement de notre société démocratique . Le déploiement massif de ces dispositifs de captation de l’image des individus et de détection de certains de leurs attributs ou comportements pourrait conduire, chez les personnes concernées, à une modification – voulue ou subie – de leurs comportements. »

Extrait du communiqué du 17 juin 2020 de la CNIL.

Les casques intelligents équipés de caméras à balayage thermique, de lunettes de réalité augmentée et dotés d’une IA sont utilisés par des agents de police afin de prendre la température de plusieurs personnes à la fois tout en gardant une certaine distance. Équipés de la technologie de reconnaissance faciale, certains modèles utilisés par la police chinoise peuvent également afficher des informations personnelles des passants, telles que le nom. Après la Chine et Dubaï, ces casques high-tech commencent à faire leur entrée en Europe et sont notamment testés depuis 2020 en Italie et au Danemark9.

Le détecteur de Covid est une borne capable au moyen de différents capteurs de déterminer en moins de deux minutes si une personne a contracté le Covid-1910.

Vous qui croyez toujours qu’un retour à la vie d’avant est possible : pensez-vous réellement qu’on investit dans ce genre de technologies pour quelques mois et pour un seul virus ?

Les drones font désormais partie de notre quotidien. Le 12 avril 2020, le ministère de
l’Intérieur a publié un appel d’offre de 4 lots pour un total d’environ 650 drones militaires11 :
– 565 « micro-drones du quotidien » pour 1,8 million d’euros ;
– 166 « drones de capacité nationale » pour 1,58 million d’euros ;
– 20 « nano-drones spécialisés » pour 175.000 euros.

Malgré le timing de cette commande, le ministère de l’Intérieur a assuré qu’elle « est sans lien avec la situation sanitaire actuelle »12.

L’article 22 de la loi Sécurité globale prétendait autoriser l’utilisation par les forces de l’ordre de drones munis de caméras à reconnaissance faciale. Le texte de loi permet également l’enregistrement et la transmission d’images captées par ces drones en cas de “ troubles à l’ordre public d’une particulière gravité ”, mais aussi lors de manifestations et rassemblements sur la voie publique. Cela aurait naturellement permis le fichage politique, syndical et idéologique de la population à large échelle, tel que prévu par le décret n° 2020-1511. Retoqué par le Conseil constitutionnel en mai 2021, le gouvernement est revenu à la charge avec un nouveau projet de loi quasiment identique en vue de légaliser l’utilisation des drones13.

Des QR codes à flasher avec l’application TousAntiCovid se trouvent maintenant à l’entrée des bars et restaurants afin de tracer chaque passage dans ces établissements.

Est-il bien sage de confier nos vies à une intelligence artificielle ? Selon un rapport du groupe d’experts de l’ONU sur la Libye datant du 8 mars 2021, un drone armé aurait « abattu une cible humaine » sans en recevoir l’ordre14.

L’application StopCovid est une application mobile de contact tracing sortie le 2 juin 2020 et détenue à 100% par l’État. Elle détecte à l’aide d’un signal Bluetooth d’autres smartphones à proximité afin d’alerter les personnes ayant été en contact avec des personnes testées positives et transmet des données, supposément anonymes et stockées temporairement15.

StopCovid a en réalité collecté plus de données qu’annoncé. Selon la découverte d’un chercheur, l’application envoie en effet les identifiants de tous les contacts croisés pendant les quatorze derniers jours à un serveur de données hébergeant un historique de proximité. Le gouvernement a reconnu les faits16. Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, a proposé de rendre l’application TousAntiCovid obligatoire dans certains lieux accueillant du public17. Le PDG du groupe Leclerc s’est rapidement dit ouvert à l’idée d’imposer cette application dans ses centres commerciaux18.

Le 12 mai 2020, le gouvernement s’est félicité de tenir sa promesse de respect de son engagement de transparence en publiant le code source de l’application. Mais en réalité, selon les spécialistes qui l’ont étudié, il ne s’agissait que d’une coquille vide sans le code applicatif19.

L’application TousAntiCovid , sortie le 22 octobre 2020, est la nouvelle mouture de
l’application StopCovid. Quand un produit fait un flop marketing, on le renomme !

Pour rendre un produit désirable, quelle meilleure stratégie que de faire croire qu’il a déjà été adopté par des millions d’utilisateurs ?20 Un jeu d’enfant pour le gouvernement, dont l’art de manipuler les chiffres n’est plus à démontrer.

« Le meilleur moyen de faire disparaître l’appli #TOUSANTICOVID, c’est de l’activer. » L’injonction paradoxale de la publicité présente dans la plupart des centres commerciaux.

Et si on offrait un petit cadeau chez KFC en échange de l’installation de l’application du gouvernement ?21 Mais oui tous les moyens sont bons, aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’obésité et la malbouffe ayant été pointées du doigt par une étude de The Lancet comme facteurs ayant aggravé l’épidémie de Covid-1922. L’obésite, une maladie aux multiples conséquences et seconde cause de mortalité en France, bien loin devant le coronavirus23.

Un système de collecte de statistiques censé évaluer l’utilisation et l’efficacité de l’application TousAntiCovid a été introduit lors d’une mise à jour en juin 2020, sans le consentement des utilisateurs. D’après une analyse publiée par des chercheurs en sécurité informatique, le journal d’évènements détaillé du système et son horodatage précis permet de croiser de nombreuses informations et d’en déduire si des personnes se connaissent24. Pour ces chercheurs, “ la collecte de statistiques contredit le principe de minimisation des données et met en danger les propriétés de sécurité et de protection de la vie privée ”.

Le backtracking utilise les données personnelles de géolocalisation GPS des smartphones pour traquer les déplacements des citoyens, sous couvert d’identifier les personnes ayant été en contact avec celles infectées par le Covid-19. Il a été expérimenté dans plusieurs pays dès mars 2020 pour vérifier que les patients testés positifs au Covid-19 sont bien restés à leur domicile et a été envisagé en France avec la collaboration des opérateurs téléphonique25.

Des QR codes à flasher avec l’application TousAntiCovid se trouvent maintenant à l’entrée des bars et restaurants afin de tracer chaque passage dans ces établissements. D’abord présenté comme une alternative numérique aux cahiers de rappel26, qui ont été introduits dans les restaurants afin d’habituer les citoyens à se voir tracer leurs déplacements, ce dispositif est devenu au bout du compte obligatoire “dans le cadre de la réouverture des lieux de vie”27. Et ceci “pour votre sécurité”, comme toujours lorsqu’il s’agit de mettre en place des moyens de contrôle ! Si un tel système de traçage peut paraître digne d’un régime totalitaire, c’est normal, étant donné qu’il émane d’une proposition du président chinois Xi Jinping28.

La surveillance permanente et l’utilisation de nos données personnelles aura des conséquences directes sur nos vies

Des hackers ont réussi à faire planter des lecteurs de code-barres avec un QR code qui encode la chaîne de caractères utilisée dans l’industrie informatique pour tester le bon fonctionnement des antivirus.29

Jusqu’à présent, en France, nous n’en étions encore qu’au déploiement du traçage numérique. Grâce à lui, le gouvernement peut savoir où nous sommes allés, à quelle heure, quelles personnes nous avons rencontrées, quelles sont nos opinions politiques, syndicales, idéologiques ou religieuses. Il ne nous interdit pas de le faire. Mais avec le tracking numérique, prochaine étape logique de ce système orwellien, la surveillance permanente et l’utilisation de nos données personnelles aura des conséquences directes sur nos vies, dont le gouvernement aura le contrôle total. Pour faire un parallèle avec la surveillance routière, c’est comme remplacer un radar pédagogique, qui surveille la vitesse à laquelle nous roulons, par un radar automatique qui quant à lui va envoyer des contraventions.

Le traçage numérique ouvre la voie au tracking numérique, arme de contrôle absolu.

Le pass sanitaire, mis en place “de façon temporaire” depuis le 9 juin 2021, fait
maintenant partie intégrante de l’application TousAntiCovid. Il inclut un carnet de tests et de vaccinations certifiés permettant, dès l’âge de 12 ans, de participer à des événements accueillant plus de 1000 personnes. À condition toutefois de disposer d’un schéma vaccinal complet, ou d’un test négatif de moins de 48 heures, ou d’un test positif de plus de 15 jours et de moins de 6 mois en cas d’immunité naturelle. À noter que la France, véritable laboratoire de tyrannie, est le premier pays d’Europe à mettre en place un tel système30.

La CNIL a le 30 novembre 2021 et pour la 4ème fois en un an demandé au gouvernement de fournir des preuves concrètes de l’efficacité du pass sanitaire pour lutter contre le Covid-19.31

«Aucune donnée nominative n’est collectée. Le QR Code correspond à un identifiant crypté, il ne contient aucune information sur le nom ou l’adresse du lieu. Vous ne serez ni “tracé”, ni identifié, mais seulement informé.»32

Malgré la promesse du gouvernement de préserver la confidentialité des données médicales et personnelles issues du pass sanitaire, des experts ont démontré qu’il n’en est rien et qu’il y a un décalage flagrant entre la réalité et les garanties annoncées33. D’une part, les QR Codes présents sur les certificats papiers contiennent des données personnelles (nom, prénom et date de naissance) et des données de santé (type de vaccin, nombre de doses reçues, date de dernière injection, nombre de doses attendues…). D’autre part, et bien qu’elles ne soient pas affichées sur
l’application TousAntiCovid Verif, ces données sont “en clair”, autrement dit elles ne sont pas chiffrées et donc parfaitement lisibles par n’importe qui ayant scanné le QR code.

L’utilisation de systèmes numériques peut vite dérailler. Ainsi, des failles de sécurité
informatique de la société Francetest ont permis une fuite massive de plus de 700.000 résultats de tests Covid-19 avec les données personnelles (nom, prénom, date de naissance, adresse, numéro de téléphone, numéro de sécurité sociale et adresse e-mail) des patients34.

En même temps que de signer la fin du secret médical, le gouvernement est également en train de remettre en question le secret professionnel des avocats35.

Le passeport vaccinal, qui a déjà été évoqué en France et été adopté dans certains pays, ne laisserait, contrairement au pass sanitaire, plus la possibilité d’utiliser des tests PCR ou antigéniques, rendant de fait la vaccination obligatoire pour continuer à profiter de ce sésame.

«Un an après l’apparition du SARS-CoV-2 en France, la lassitude de la population est telle que des mesures qui apparaissaient, hier, comme choquantes ou liberticides pourraient devenir acceptables, estime-t-on au sommet de l’État. Il en est ainsi de l’utilisation des données personnelles, permettant de tracer les citoyens, mais aussi du passeport vaccinal.»36

Cet outil de traçage signe la fin de nos libertés fondamentales et du secret médical.
C’est un cheval de Troie vers le système de crédit social chinois.

Le système de crédit social est un concept visant à mettre en place grâce à des outils de surveillance de masse, au big data et à l’intelligence artificielle un système de notation qui récompense ou pénalise les citoyens et les entreprises. Dans ce “Meilleur des mondes” expérimenté par le Parti communiste chinois depuis 2014, chaque citoyen possède un “capital de points” octroyé par l’État. Leur nombre de points évolue en fonction de leur comportement en société qui est en permanence surveillé par des millions de caméras.

Actions faisant gagner des points :
– Travailler pour une oeuvre de bienfaisance
– Prendre soin des membres de sa famille
– Influencer de manière positive un voisin
– Faire don de son sang
– Glorifier le gouvernement sur Internet
– Aider les pauvres
– Avoir un bon historique de crédit financier
– Réaliser un acte héroïque
– Signaler les mauvais comportements

Actions faisant perdre des points :
– Enfreindre le code de la route
– Protester contre les autorités
– Ne pas rendre visite à ses parents âgés
– Poster des messages anti-gouvernement
– Propager des rumeurs sur Internet
– Participer à ce qui s’apparente à une secte
– Apologie de crimes commis
– Tricher sur les jeux en ligne
– Enfreindre la législation sanitaire

Les citoyens sont classés selon un système de notation. Un AAA est un “citoyen exemplaire”. Un AA est un “citoyen excellent”. Un A est un “citoyen honnête”. Un B est “relativement honnête”. Un C est à un “niveau d’avertissement”. Et un D est accusé de “malhonnêteté”. En fonction de ce classement, les “bien notés” sont récompensés par divers avantages, tandis que les “mal notés” sont pénalisés dans leur vie quotidienne.37

Avantages avec un bon score :
– Priorité d’admission à l’école et au travail
– Location gratuite de voitures et de vélos
– Accès gratuits aux gymnases
– Transports publics moins chers
– Temps d’attente réduit dans les hôpitaux
– Sauter les files d’attente
– Bénéficier d’allégements fiscaux

Punitions avec un mauvais score :
– Refus d’accès aux prestations sociales
– Interdiction de voyage en avion ou en train
– Moins d’accès au crédit financier
– Accès restreint aux services publics
– Inéligibilité aux emplois gouvernementaux
– Pas d’accès aux écoles privées
– Honte publique

Les “théories du complot” d’hier deviennent la réalité d’aujourd’hui

Les “bons citoyens” ont également la fierté de figurer sur le tableau d’honneur en tant que modèles de moralité. Les “mauvais citoyens” sont quant à eux placés sur liste noire et leur nom et leur visage sont exposés dans l’espace public sur des panneaux lumineux pour les humilier. Ils sont alors pointés du doigt et ostracisés par la société. Entrer sciemment en contact avec une telle personne peut aussi vous faire perdre des points. Une sonnerie de téléphone particulière leur est attribuée avec un message vocal : “La personne que vous essayez de joindre a été mal notée. Merci de l’inciter à se responsabiliser et de l’aider à respecter la loi”.

Officiellement présenté par le gouvernement chinois comme un moyen de lutter contre les incivilités et de garantir la paix et la stabilité, le système de crédit social permet en réalité de contrôler et d’influencer le comportement des gens et de les domestiquer au point d’en faire des automates déshumanisés, muselés et obéissants.

« Je pense qu’on a mis en place une bonne méthode technologique et j’espère vraiment qu’on arrivera à l’exporter dans un pays capitaliste. Je trouve que la France devrait vite adopter notre système de crédit social pour régler ses mouvements sociaux. Si vous aviez eu le système de crédit social, il n’y aurait jamais eu les gilets jaunes».38

Lin Junyue, l’un des théoriciens du “crédit social” et ingénieur en chef du projet.

Les “théories du complot” d’hier deviennent la réalité d’aujourd’hui. Ceux qui ne l’ont pas encore compris doivent sûrement mettre leur masque sur les yeux. Les personnes dénuées de réflexion, de morale et de conscience et dont le seul souci est de continuer à consommer, rétorquent souvent que Big Brother n’est un problème que pour les gens qui ont des choses à se reprocher. Comme les ennemis d’un régime corrompu par exemple ?

Selon un rapport interne de Huawei datant 2018 et révélé en 2020 par l’Autorité de la surveillance vidéo, le leader Chinois de la reconnaissance faciale a développé une IA capable d’identifier l’âge, le sexe et l’ethnicité des personnes dans une foule39. Cette technologie sert à reconnaître les Ouïghours et à alerter la police en cas de comportements inappropriés, par exemple lorsqu’ils éteignent leur téléphone portable trop souvent ou qu’ils téléchargent certaines applications comme WhatsApp ou Telegram. Au moins un millions d’Ouïghours auraient été appréhendés par le Parti communiste chinois et transféré dans des “camps de
rééducation », où ils subissent un processus d’endoctrinement impliquant du travail forcé40, des actes de torture, des sévices sexuels et des stérilisations forcées41. Pour les ONG, c’est ni plus ni moins qu’un génocide qui est entreprit dans ces camps de concentration modernes42.

La Loi n° 2021-998 du 30 juillet 2021 relative à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement pérennise pérennise la technique dite de l’algorithme, qui permet un traitement automatisé des données de connexion et de navigation sur Internet, grâce à la coopération des fournisseurs d’accès43. Donc sous couvert de lutte contre le terrorisme, le renseignement va ainsi pouvoir analyser l’intégralité de l’historique web des internautes français, tandis que les terroristes passeront de toute façon par un VPN ou iront sur le darknet. Ciblant dans un premier temps la consultation de sites extrémistes ou suspects, on imagine que les algorithmes pourraient tout aussi bien dans le futur être utilisés pour détecter l’accès à d’autres types de sites Internet sensibles, comme des sites politiques ou médicaux.

La Fintech (technologie financière) a pour objectif la collecte et l’analyse de données des consommateurs afin de décider de leur octroyer ou non un crédit, et sous quelles conditions. Le rapide développement technologique du secteur financier ces dernières années a été rendu possible par l’intelligence artificielle, qui s’est substantiellement améliorée grâce aux systèmes d’apprentissage automatique. Dans une publication du 17 novembre 2020, le FMI suggère de suivre notre historique web pour déterminer les scores de crédits en fonction des sites Internet que l’on consulte et des achats que l’on effectue44. Vous voulez un crédit ? On va d’abord vérifier ce que vous faites sur Internet.

Les banques peuvent décider unilatéralement de fermer n’importe quel compte bancaire sans motif spécifique ni sans avoir à motiver sa décision auprès du client45. Ainsi, en septembre 2021, le financier Charles Gaves a vu tous ses comptes bancaires du Crédit du Nord fermés quelques jours après avoir fait un don par virement à l’association des amis d’Éric Zemmour46.

L’Internet des comportements (Internet of behaviors) est un phénomène nouveau en pleine expansion ayant pour objectif d’effectuer une analyse psychologique et comportementale très pointue des individus en capturant l’activité en ligne des utilisateurs et les données issues des objets connectés. Utilisée principalement dans le cadre du marketing digital, cette nouvelle technologie permet également d’influencer le comportement et le choix des consommateurs.

L’Internet des objets (Internet of things) représente un ensemble d’objets physiques à qui on a donné une identité numérique afin de leur permettre de se connecter à Internet, pouvant ainsi être commandés à distance, le plus souvent à l’aide d’un ordinateur, d’un smartphone ou d’une tablette. On trouve aujourd’hui toutes sortes d’objets connectés supposés offrir un plus grand confort dans notre vie quotidienne tels que les téléviseurs et consoles de jeu, les outils de domotique, les compteurs intelligents, les systèmes de sécurité, les assistants vocaux, les montres… On y trouve aussi des objets aussi saugrenus que des langes connectés47, des tampons connectés48, des préservatifs connectés49, ou encore des toilettes connectées50. Le nombre d’objets connectés, en perpétuelle croissance, pourrait atteindre les 100 milliards en 2030. Ce sont autant d’objets qui collectent des données au moyen de divers capteurs qui iront alimenter le big data, pouvant potentiellement permettre dans un avenir proche le contrôle total de chaque aspect de notre vie.

La 5G est, malgré le manque de recul sur l’effet sanitaire des ondes électromagnétiques sur les organismes vivants et sans débat public, en train d’être massivement déployée sur tout le territoire français, à raison de 32.000 antennes en 2021.51 Des archives de 4.000 documents d’études effectuées au sein du NIOSH et de la FDA et maintenant accessibles au public ont révélé que le gouvernement américain connaissait depuis des décennies l’impact nocif des technologies sans fil sur la santé52. Cette évolution du débit des télécommunications a aujourd’hui surtout pour enjeu de suivre l’évolution croissante des objets connectés présents sur le marché et de permettre le développement de nouveaux usages, tels que la voiture autonome, la maison intelligente et, à plus large échelle, les villes connectées.

Les villes intelligentes (smart cities) sont des villes interconnectées qui intègrent l’Internet des objets et qui sont pilotées par une gestion centralisée. L’analyse des données de différents capteurs leur permet de réguler le trafic et l’éclairage en temps réel, de gérer les infrastructures (écoles, centrales électriques, réseaux d’approvisionnement en eau, gestion des déchets…), ainsi que la sécurité qui repose sur les caméras de surveillance. En réalité, les villes connectées constituent une grave menace pour la vie privée des citoyens, avec des dérives possibles vers le système de crédit social et vers un monde orwellien.

«Il faut de réels efforts pour cacher vos pensées à Google. À l’avenir, il n’y aura peut-être nulle part où se cacher. Les villes intelligentes vont pulluler de capteurs, tous reliés entre eux par l’Internet des objets, des bornes communiquant de manière invisible. Votre matelas surveillera vos cauchemars, votre frigo émettra un bip pour plus de fromage. Mais cette technologie pourrait aussi être utilisée pour garder chaque citoyen sous surveillance 24 heures sur 24. Une future Alexa fera semblant de prendre des commandes, mais cette Alexa vous surveillera !»53

Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni, le 24 septembre 2019 à l’ONU.

La puce RFID sous-cutanée, de la science-fiction ou une théorie du complot ? En Suède ou en Allemagne, des milliers de volontaires portent sous la peau depuis 2018 cet implant électronique de la taille d’un grain de riz. Cette puce “tendance” leur sert de badge pour entrer au bureau, de porte-monnaie électronique pour effectuer leurs achats, réserver leurs billets de train54. Présenté comme une révolution dans le secteur du sans contact en étant assuré de toujours garder son moyen de paiement sur soi, l’implant est désormais disponible en France55.

« Elle amena tous les hommes, gens du peuple et grands personnages, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, à se faire marquer d’un signe sur la main droite ou sur le front. Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la bête, soit le nombre correspondant à son nom. Que celui qui a de l’intelligence déchiffre le nombre de la bête. Ce nombre représente le nom d’un homme, c’est : 666. » – Apocalypse 13:16.

«Je crois que notre génération doit savoir que… La bête de l’événement est là. Elle arrive.»56 Emmanuel Macron, le 16 avril 2020, dans un entretien avec le Financial Times.

Si une telle perspective pouvait paraître “complotiste” il n’y a encore pas si longtemps, cela devient désormais une réalité. Cette technologie commence insidieusement par une incitation volontaire pour “se faciliter la vie au quotidien”, puis une fois qu’elle sera devenue répandue elle deviendra inévitablement obligatoire, évidemment pour notre bien et pour notre sécurité.

En mai 2020, le Premier ministre israélien Netanyahu a suggéré pour faire respecter aux écoliers la distanciation sociale de leur implanter des micro-puces qui émettent un bip lorsque les enfants se rapprochent de trop, à la manière des radars de recul des voitures57.

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » – Benjamin Franklin

Nous assistons à un changement complet de civilisation, où les citoyens sont déshumanisés et sous surveillance constante. Pour notre bien, évidemment !

Des nanoparticules injectables sous la peau et lisibles avec un smartphone pour confirmer qu’une personne a bien été vaccinée ? Développée par le MIT58, cette nouvelle technologie de puçage a fait la une des magazines scientifiques en 2019.59 Les nanoparticules, composées de matériaux semi-conducteurs, émettent une lumière fluorescente bleue invisible à l’œil nu mais que n’importe quel smartphone peut détecter. Elles sont injectables en même temps qu’un vaccin. Les villages d’Afrique ont, une fois de plus, été choisis comme laboratoires de test par la fondation Bill & Melinda Gates60. On commence avec un carnet de vaccination, puis d’après vous quelle sera la suite après avoir été marqué comme du bétail ? Un magnifique projet de puçage, de traçage, de contrôle de nos déplacements, de nos achats, de nos relations sociales…

Toutes ces technologies intrusives ont pour but de nous amener vers le transhumanisme, qui promet à l’espèce humaine une existence totalement contrôlée et dégénérative.

Liutwin

Sources :

1https://camera-videosurveillance.fr/blog/158_La-vid%C3%A9osurveillance-en-France.html

2https://www.liberation.fr/economie/economie-numerique/surveillance-de-masse-on-a-largement-depasse-1984-pendant-la-pandemie-20210710_YPBBWJH6V5EKFH27V4LHXI34F4/

3https://information.tv5monde.com/info/intelligence-artificielle-l-ue-va-t-elle-autoriser-la-surveillance-biometrique-412805

4https://www.01net.com/actualites/desole-le-masque-ne-vous-protege-plus-de-la-reconnaissance-faciale-2013061.html

5https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/02/06/reconnaissance-faciale-youtube-et-facebook-mettent-en-demeure-la-start-up-clearview-ai_6028625_4408996.html

6https://www.bfmtv.com/tech/des-cameras-intelligentes-de-detection-des-masques-autorisees-dans-les-transports-en-commun_AN-202103110201.html

7https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-des-cameras-thermiques-en-test-pour-prendre-la-temperature-des-lyceens-01-09-2020-8376588.php

8https://www.cnil.fr/fr/la-cnil-appelle-la-vigilance-sur-lutilisation-des-cameras-dites-intelligentes-et-des-cameras

9https://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/en-quoi-consistent-les-casques-intelligents-deployes-en-inde-contre-le-covid-19_2131561.html

10https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-comment-valeo-a-developpe-une-borne-presquaussi-fiable-quun-test-pcr-nasal-07-09-2021-XMIQZJUYJNF4TC4TFZSO2LPE6Q.php

11https://www.boamp.fr/avis/detail/20-51423/0

12https://www.rtl.fr/actu/politique/pourquoi-le-ministere-de-l-interieur-vient-il-de-commander-des-centaines-de-drones-7800404655

13https://www.laquadrature.net/2021/09/23/la-loi-drones-2-est-docilement-adoptee-par-lassemblee/

14https://www.liberation.fr/international/afrique/en-libye-un-drone-aurait-abattu-une-cible-humaine-sans-en-recevoir-lordre-20210531_GC72BLPH75GJLDVY7VZZ3QOM5I/

15https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14069

16https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/06/16/l-application-stopcovid-collecte-plus-de-donnees-qu-annonce_6043038_4408996.html

17https://www.bfmtv.com/tech/application-tous-anti-covid-le-president-du-conseil-scientifique-suggere-de-l-imposer-au-restaurant_AN-202011200235.html

18https://www.lefigaro.fr/conso/telecharger-tousanticovid-pour-pouvoir-faire-ses-courses-michel-edouard-leclerc-n-est-pas-contre-20201130

19https://www.numerama.com/tech/623866-il-ny-a-rien-du-tout-la-premiere-publication-du-code-source-de-stopcovid-est-inutile.html

20https://www.latribune.fr/technos-medias/comment-le-gouvernement-manipule-les-chiffres-de-tous-anti-covid-863808.html

21https://www.numerama.com/tech/671498-un-restaurant-a-le-droit-doffrir-une-promotion-aux-clients-qui-ont-tousanticovid.html

22https://www.latribune.fr/entreprises-finance/transitions-ecologiques/la-malbouffe-et-la-pollution-facteurs-aggravant-de-la-pandemie-de-covid-19-859998.html

23https://www.santelog.com/actualites/obesite-desormais-seconde-cause-de-mortalite-apres-le-tabac

24https://www.phonandroid.com/tousanticovid-accuse-mettre-danger-vie-privee-francais.html

25https://www.cnews.fr/monde/2020-03-25/coronavirus-quest-ce-que-le-backtracking-ce-systeme-de-surveillance-qui-fait-debat

26https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/10/07/cahier-de-rappel-covid-19-dans-les-restaurants-que-dit-la-loi-sur-les-donnees-des-clients_6055155_4408996.html

27https://qrcode.tousanticovid.gouv.fr/

28https://www.scmp.com/news/china/diplomacy/article/3110871/coronavirus-chinese-president-xi-jinping-proposes-global-qr

29https://www.01net.com/actualites/des-hackers-font-planter-des-lecteurs-de-code-barre-avec-un-qr-code-2046788.html

30https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/19/avec-son-passe-sanitaire-la-france-ouvre-la-voie-au-dispositif-europeen_6077338_3244.html

31https://www.bfmtv.com/tech/la-cnil-interpelle-le-gouvernement-sur-le-manque-de-preuves-d-efficacite-du-pass-sanitaire_AN-202111300377.html

32https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/covid19-soutien-entreprises/DP_tousanticovid_signal.pdf

33https://www.nextinpact.com/article/46153/pass-sanitaire-poudre-aux-yeux-pseudonymat-donnees-medicales-en-clair

34https://www.mediapart.fr/journal/france/310821/covid-19-une-fuite-massive-de-resultats-de-tests-antigeniques

35https://www.liberation.fr/societe/police-justice/secret-professionnel-des-avocats-les-robes-noires-rouges-de-colere-devant-lassemblee-20211116_FDGEYPSD5NABVAUCFWTQGK6B2I/

36https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/02/25/mis-sous-pression-par-les-variants-emmanuel-macron-reflechit-a-la-maniere-de-vivre-avec-le-covid-19_6071123_823448.html

37https://www.francesoir.fr/politique-monde/la-chine-etend-son-credit-social-linternational

38https://www.youtube.com/watch?v=3tWf9TOYIVw

39https://ipvm.com/reports/huawei-megvii-uygur

40https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-monde-est-a-nous/persecution-des-ouighours-chinois-la-pression-monte-sur-pekin_3999703.html

41https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-monde-est-a-nous/en-chine-les-ouighours-etouffes-par-la-reconnaissance-faciale_4197391.html

42https://www.francetvinfo.fr/monde/chine/l-article-a-lire-sur-la-repression-des-ouighours-en-chine_4030991.html

43https://www.vie-publique.fr/loi/279661-loi-30-juillet-2021-prevention-terrorisme-et-renseignement

44https://blogs.imf.org/2020/12/17/what-is-really-new-in-fintech

45https://droit-finances.commentcamarche.com/patrimoine/guide-patrimoine/905-cloture-du-compte-bancaire-par-la-banque-motifs-recours-procedure/

46https://lincorrect.org/enquete-quand-le-macron-de-sarkozy-suspend-les-financements-de-zemmour-lincorrect

47https://www.generation-nt.com/lumi-pampers-lance-couches-intelligentes-actualite-1967025.html

48https://www.slate.fr/story/118299/tampon-connecte-bluetooth

49https://www.fredzone.org/icon-le-preservatif-intelligent-et-connecte-003

50https://soundcloud.com/rittigers/intersections-the-rit-podcast-ep-22-toilet-seat-measures-heart-health

51https://partage.agirpourlenvironnement.org/s/antennes-relais-5g/

52https://humansarefree.com/2020/12/archive-of-4000-documents-reveals-government-knew-decades-ago-about-health-impact-of-wireless-technology.html

53https://www.youtube.com/watch?v=op7aXKvVx_c&feature=youtu.be

54https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/services/en-suede-la-puce-sous-la-peau-entre-dans-le-quotidien_AV-201805140200.html

55https://www.journaldugeek.com/2021/11/22/le-premier-implant-pour-payer-avec-sa-main-est-disponible-en-france

56https://odysee.com/@la-chaine-qui-pique:f/apocalypse-de-saint-macron-la-marque-de

57https://fr.businessam.be/netanyahu-des-puces-sous-cutanees-pour-maintenir-les-enfants-a-distance

58https://news.mit.edu/2019/storing-vaccine-history-skin-1218#:~:text=MIT

59https://www.sciencesetavenir.fr/sante/e-sante/un-carnet-de-vaccination-invisible-sous-la-peau_139973

60https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/19/le-kenya-et-le-malawi-zones-test-pour-un-carnet-de-vaccination-injecte-sous-la-peau_6023461_3212.html

Partagez !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin