Vaccigénie, thérapie génique à ARN, dormez tranquilles, les autorités sanitaires vous protègent !

Share on telegram
Share on twitter
Share on facebook
Share on vk
Share on email

Soyons rassurés, les mêmes qui ont adoubé le Remdesivir, rejeté l’Hydroxychloroquine, protégé l’industrie pharmaceutique des procès, se chargeront de s’assurer de l’innocuité des nouveaux vaccins et de la vaccigénie (thérapie génique ARN).

Posez-vous les bonnes questions

Pourquoi Pfizer qui aurait une (longue) expérience sur les vaccins ARN messager n’a pas commercialisé un vaccin ARN contre la grippe alors même qu’il travaillait dessus ?

Comment Pfizer et BioNTech qui commencent à collaborer ensemble en mars pour créer un vaccin Covid peuvent espérer le sortir fin avril, soit un mois et demi plus tard ?

Comment la chloroquine, traitement à 25 euros par patient, qui était en vente libre depuis 80 ans et prescrite à un milliard d’humains, est devenue en quelques mois un médicament à ce point dangereux qu’il faille l’interdire ?

Comment Pfizer et BioNTech tout début mai, soit 1 mois et demi après le début de leur collaboration en sont déjà aux premiers tests sur les humains ?

Quelles sont les hypothèses possibles ?

  • Ils travaillent depuis des années sur le Covid 19 ? Le problème est que l’on tombe dans le complot !
  • En quelques semaines ils ont résolu tous les problèmes qui les empêchaient de sortir un vaccin ARN contre la grippe ?
  • Ils sont des apprentis sorciers et transforment des humains en cobayes ?

Comment à la fin juin l’OMS enterre définitivement la chloroquine avec le soutien de l’Union Européenne ?

Comment fin juin l’Hydroxychloroquine n’est pas retenue par la Commission européenne alors même que la preuve est faite que l’étude du Lancet est un faux grossier ?

Comment fin juin, le remdesivir devient le premier médicament reconnu et retenu par l’Union Européenne alors même qu’il y a de forts doutes sur son efficacité et aucun doute quant à sa dangerosité intrinsèque et la dangerosité de son mode d’administration ?

Comment mi-juillet l’Europe dispense les laboratoires de tenir compte des risques environnementaux des OGM pour la mise au point de leurs vaccins ?

Comment fin juillet le contrat entre l’Union Européenne et Gilead est confirmé alors même qu’il reste peu de doute sur l’inefficacité et la dangerosité du médicament ?

Comment à la fin août les laboratoires obtiennent de l’Europe une immunité en cas de poursuites suite aux effets secondaires potentiels des vaccins ? Cette immunité n’est-elle pas l’occasion rêvée de pouvoir expérimenter sans risque un vaccin à ARN messager que l’on étudiait depuis des années contre la grippe ?

Comment, début octobre, l’Europe passe commande un nombre impressionnant de 500 000 doses de remdesivir inefficace et dangereux ?

Comment à la fin octobre le Sénat confirme que l’Hydroxychloroquine n’est pas une option et que le remdesivir est la seule possible ?

Comment le gouvernement du Royaume-Uni déclare avoir besoin d’une intelligence artificielle pour faire face à l’afflux d’effets secondaires de vaccins prétendus sans danger ?

Comment l’OMS vers la fin novembre finit par annoncer que le remdesivir est inefficace et dangereux et le déconseille finalement ? La vérité triomphe ? Les lobbies sont vaincus ? Ou le nouveau projet est le vaccin ?

Comment fin novembre Moderna ose dire que son vaccin ne sera probablement pas un vaccin et qu’il n’empêchera pas la contamination ?

Pour résumer

Il est intéressant de constater que l’Hydroxychloroquine, molécule jusqu’alors accessible sans prescription ni ordonnance et délivrée à plus d’un milliard d’individus est, 80 ans après sa mise sur le marché, devenue en 2020 d’une dangerosité telle qu’il faille l’interdire. En outre, ce médicament pour un traitement précoce de la Covid-19, ne vous en coûtera que la modique somme de 25 euros.

Dans le même temps, le remdesivir, médicament à 2500 euros le traitement, dont l’efficacité est fort douteuse au point que l’OMS vient d’annoncer qu’elle ne soutenait plus son usage et dont les effets secondaires sont connus depuis Ebola, effets secondaires graves et avérés.
Médicament qui a été soutenu par la commission européenne au point d’en commander 500 000 doses !
Quand on connaît le poids des lobbies aussi bien à l’OMS que dans l’Union Européenne, la méfiance est de mise.

Mais la force de la propagande est telle que des millions de Français sont convaincus de la dangerosité de la chloroquine, et ils seront les mêmes à croire que le vaccin proposé sera efficace et sûr… et surtout qu’il est L’UNIQUE SOLUTION pour sortir de la crise.

Conclusions ?

  • Nous avons inventé le vaccin qui n’est pas un vaccin mais une vaccigénie, une « thérapie génique » OGM à ARN messager. Une expérience inédite dans l’histoire de l’humanité sur laquelle nous n’avons strictement aucun recul.
  • Ces vaccins n’ont peut-être pas de capacité vaccinale, certaines déclarations iraient dans le sens d’une durée très limitée d’anticorps voire d’une absence totale de protection, ils n’empercheraient pas la transmission du virus et ainsi adieu le « je me vaccine, je protège les autres » qui devient caduque.
  • Ces vaccins seraient aussi administrés à des millions de personnes en bonne santé pour lesquelles la maladie ne présente pas de risque et donc la balance bénéfice / risque serait désastreuse. Nous pouvons nous demander si l’industrie fera toute la lumière sur les effets secondaires
 

Alors allez-vous faire confiance aux agences sanitaires qui ont soutenu malgré toutes les alertes, un médicament hors de prix notoirement inefficace et dangereux comme le remdesivir ?

Allez-vous faire confiance à ces mêmes agences quand elles vont vous dire que ces vaccins ne présentent pas de risque et qu’ils sont efficaces, alors même que les laboratoires ont obtenu des garanties financières en cas de catastrophes et qu’ils ont obtenu des dérogations pour accélérer le processus de mise au point ?

Alain Tortosa

Partagez !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin